Ouvrons nos mairies pour favoriser la parole de nos concitoyens...
Je me tiens à votre disposition ce samedi 8 décembre de 11h à 13h en mairie pour :

- Recueillir les "doléances et de propositions" des citoyens ruraux ;

- Donner la possibilité aux citoyens d’exprimer leur opinion, qu’ils se reconnaissent ou non dans la mobilisation des mouvements plus ou moins organisés en facilitant l’expression de celles et de ceux qui sont empêchés (exclusion numérique, analphabétisme, etc...) ;

- Remonter chaque expression au bureau national de l'Association des Maires Ruraux de France qui la diffusera au Gouvernement, au Parlement et aux médias.

Jean-Gabriel Masson, maire de Fromelles

Je relaie ainsi le message de l'AMRF :

"La situation de notre pays, cristallisée aujourd’hui par le mouvement social en cours, nous amène à agir pour permettre à chacun de nos concitoyens d’exprimer verbalement leur colère. L’aggravation de la situation est tangible et nous avons tous suivi les événements. Les débordements des "gilets jaunes" imposent de prendre des initiatives. Aux réseaux sociaux qui attisent les tensions, nous proposons que le contact humain soit privilégié. Nous devons utiliser notre proximité pour combattre la surdité de nos gouvernants.

Les corps intermédiaires que sont les partis politiques, les syndicats, les institutions parlementaires,ne sont plus écoutés ni considérés par la population. Dans ce contexte de défiance généralisée, le.la maire et l’institution municipale restent encore un vecteur de transmission, de représentation, d’interface possible entre les citoyens et le Gouvernement et son administration d’Etat, ainsi que le Parlement. Un maire doit être sans arrêt un passeur auprès de ses administrés. Restons dans ce rôle, fermes, déterminés mais avec le bon sens que beaucoup ont définitivement perdu !

Le Bureau national de l'AMRF, votre association, a ainsi décidé unanimement de vous proposer d’ouvrir la mairie samedi 8 décembre 2018, sur des horaires à votre convenance.

Nous sommes des interlocuteurs de confiance de nos concitoyens.

Le rôle du maire et du conseil municipal serait d’écouter, d’enregistrer et de faire remonter l’information, sans prendre parti, sans juger, sans contredire… Charge à l’Etat de récolter, de synthétiser les remontées.

La « commune est utile » ; nous le disons avec force dans notre combat ; nous pouvons le prouver une fois de plus dans cette période troublée, fruit des graves dysfonctionnements d’un Etat qui reste sourd à nombre de difficultés des habitants et des élus et une multitude de difficultés et de mécontentements.

Les causes de ce tumulte ne datent pas d’aujourd’hui, elles sont profondes et le résultats de dizaines d’années d’erreurs d’appréciation qui ont conduit à superposer fracture territoriale et fracture sociale.
Sur les thématiques spécifiques qui nous animent, (rôle de la commune et place de la ruralité), nous exposons depuis des années avec obstination nos positions aux gouvernements successifs, aux parlements successifs. De même que nous n’avons jamais manqué d’alerter sur les risques que pouvait induire une telle cécité de la part de nos gouvernants. Cette lucidité consécutive à une connaissance du terrain et mieux, le fait d’en être partie prenante, nous donne une légitimité à parler et à agir."

 

Recherche